Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 111
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0182
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( III )

Planche cinquante - quatrième. — Quatre bustes de la
salle des Muses ; galerie des antiques.

Le premier représente Homère, le père de la poésie
grecque.Sept villes se disputèrent l'honneur de lui avoir
donné le jour. Ce qu'il y a de certain à cet égard, c'est
qu'il naquit près du fleuve Mélès, et que c'est pour cette
raison qu'il fut d'abord appelé Mêlésigène. Il florissait
vers l'an 3oo après la prise de Troie, et 980 avant J. C.

Ce buste, en marbre pentélique, est tiré du Musée
du Capitole.Le hasard le fit découvrir dans les jardins
du palais Gaëtani. Il y avait été employé, en guise de
pierre, dans un mur. Le cardinal Alexandre Albani en
fil l'acquisition ,et le vendit ensuite à Clément XII.

Le diadème ou bandeau qui lui ceint le front, est
l'emblème du génie divin qui lui a valu les honneurs de
l'apothéose 5 et la forme de ses yeux indique qu'il était
privé de la vue 5 opinion reçue de tous les savans.

Le véritable portrait d'Homère est néanmoins regardé
comme incertain ; mais il est constant que des têtes pa-
reilles à celles-ci, ont passé chez les Grecs pour être
celle de ce patriarche de la poésie.

Le deuxième buste offre les traits de Virgile, le prince
des poètes latins. Il était fils d'un potier de terre, et na-
quit à Andès, village près de Mantoue, l'an 70 avant
J. C.

Cette tête était en effet révérée par les habitans de
Mantoue, comme le portrait du plus illustre de leurs
concitoyens ; mais il est douteux que ses véritables traits
soient parvenus jusqu'à nous.

Le buste n.Q3 est celui de Socrate} nous en avons dé-
loading ...