Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 115
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0188
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( "5 )

Planche cinquante - sixième. — Trois Statues de la
salle d?Apollon, galerie des antiques.

La première représente Hercule etThéléphe, et est
connue sous le titre de VHercule Commode , dénomina-
tion vulgaire qui n'a d'autre fondement qu'une préten-
due ressemblance de la tête de cette statue avec les
portraits de l'empereur Commode.

Les épaules couvertes de la dépouille du lion de Né-
mée, la main droite appuyée sur sa massue, Hercule
tient de la gauche son fils Téléphe qu'il avait eu d'Augé,
fille d'Aléus,roi d'Arcadie, et que sa mère vient d'aban-
donner, obligée de fuir pour éviter le courroux du roi.

La tête d'Hercule est du plus beau caractère, et ceinte
d'un bandeau roulé , espèce de couronne dont quelque-
fois on parait la tête des vainqueurs aux exercices de la
gymnastique. Le corps est vigoureusement prononcé.
Ses formes musculeuses annoncent le vainqueur d'A-
chéloiis , d'Antée, des Centaures , etc.

Ce groupe est tiré du Belvédère du Vatican où il était
déjà du temps de Jules II. On croit qu'il a été découvert
à Campo-di-flore, près du temple de Pompée.

La seconde figure représente Apollon Lycien ; on sait
que ce dieu avait en Lycie un temple célèbre dont la
statue , au rapport des anciens , avait le bras levé et
ployé sur la tête. Celle que nous offrons ici est dans la
même attitude , et son bras gauche , aujourd'hui mutilé ,
s'appuie sur un tronc de laurier, autour duquel rampe
un serpent, symbole de la défaite dePithon; il peut être
également l'emblème de la santé et de la médecine dont
l'invention était attribuée à Apollon ainsi qu'à son fils
Esculape.
loading ...