Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: vij
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0013
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
vij-

II serait plus avantageux, sans doute , de
présenter une réunion complète des ouvrages
anciens et modernes , gravés avec toute la
pompe d'un burin soigné , et dans une telle
proportion, qu'aucun détail n'y fût omis ; mais
quel particulier, quelle associalion même d'ama-
teurs aurait les moyens d'exécuter, sans inter-
ruption , une pareille entreprise ; entreprise
digne d'une nation qui sait accumuler tous les
genres de gloire, et dont le gouvernement seul
pourrait procurer les avances? Mais lors même
que tous les trésors seraient prodigués, se pré-
senterait-il un assez grand nombre d'artistes de
la première classe, pour produire annuellement
15o gravures capitales ; et si toutefois cette su-
perbe collection se formait aussi rapidement,
combien y aurait-il d'amateurs en état de l'ac-
quérir?

L'exécution d'une aussi vaste entreprise ne
serait donc que l'ouvrage du temps, d'un siècle

peut-être.......Cette idée est désespérante et

pour l'artiste qui concourrait à cette œuvre im-
mense , et pour celui qui se proposerait d'en
recueillir le résultat.

Lorsque j'ose offrir aux amateurs pressés de
jouir un aussi faible dédommagement de la
privation d'un recueil plus volumineux, plus
imposant, mais plus dispendieux, et sur-tout
plus lent clans sa publicité, j'ai peut-être quel-
loading ...