Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 13
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0040
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i3 )

flanche septième.—La Nativité de Jésus-Christ. Tableau
i de la galerie du Musée.

Ce tableau, l'un de ceux qu'Annibal Carache a
terminés avec plus de soin, représente la Nativité de
Jésus-Christ. La Vierge contemple son fils avec un
doux ravissement, et Joseph, son époux, joint son
hommage à celui des Bergers. Un chœur d'Anges
portés sur des nuages, orne la partie supérieure de
cette scène mystérieuse; ils unissent leurs voix célestes
aux sons mélodieux des instrument, et célèbrent à
l'envi la gloire du fils de Marie.

Annibal Carache naquit à Bologne en i56o ; mais
on ne peut parler de ce peintre célèbre sans citer
Augustin son frère aîné, et Louis leur cousin, puisqu'ils
ont fondé ensemble cette fameuse école Bolonaise qui
honore la Lombardie.

Augustin et Annibal étaient fils d'un tailleur d'habits.
On fit étudier Augustin , dont l'inclination semblait le
porter aux lettres ; mais l'amour des Arts l'emporta.
Né avec de la facilité, il s'adonnait avec un égal succès
à la peinture, à la gravure, aux mathématiques, à la
poésie, à la musique et à plusieurs autres exercices
qui rendaient sa personne agréable.

Annibal, au contraire, n'était occupé que de la
peinture; cet art, qui le lia plus intimement avec son
frère, les obligea tous deux de l'étudier ensemble j
mais ils ne purent s'accorder long-temps, et ils se
séparèrent. Augustin passa dans l'école de Louis, qui
voulut bientôt avoir Annibal, et trouva, par sa douceur
et sa prudence, le moyen de modérer cette antipathie
loading ...