Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 23
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0055
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 23 )

Planche douzième. — Hyacinthe mourant , blessé par
Apollon • modèle en plâtre, de grandeur naturelle :
par Callamar , sculpteur , pensionnaire à l'Ecole
Française des Beaux-Arts , à Rome.

Ce modèle, exposé en l'an 10, dans la galerie
d'Apollon au Musée , immédiatement après la clôture
du Salon, faisait partie des ouvrages récemment ter-
minés par les élèves-pensionnaires de l'école des Arts ,
qui, en attendant le moment où ils pourront occuper
à Rome l'ancienne académie fondée par Louis XIV,
ont offert au public ce témoignage authentique d'une
application constante aux travaux de leur art*.

La figure d'Hyacinthe, par Callamar, fut remarquée
et citée avec éloge. L'élégance des proportions, la
finesse des contours, la grâce de l'ensemble, ont donné
l'idée la plus avantageuse du talent de ce jeune sta-
tuaire : il vient de partir pour l'Italie.

On sait qu'Hyacinthe était fils d'Amyclas et de
Diomède, selon Apollodore ; ou de Piérus et de Clio ;
ou d'(Ebalus , selon Hygin. Il fut tendrement aimé
d'Apollon ; Zéphyre ( d'autres disent Borée ), qui
l'aimait aussi, piqué de la préférence que ce jeune
homme donnait au dieu des muses, résolut de s'en
Venger. Un jour qu'Apollon et Hyacinthe jouaient en-
semble au palet, Zéphire détourna le disque lancé par
Apollon ; son jeune favori reçut au front un coup mor-
tel , et expira presque aussitôt, malgré toutes les res-
sources que le dieu des arts et de la médecine employa

* Voyez les Nouvelles des Arts, an 10, n° 5, page 47, où l'on
donne la notice des ouvrages dePeinture, Sculpture etArehitccture
exposés à cette époque dans la galerie d'Apollon, par les pension-
naires de l'Académie de France à Rome.
loading ...