Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 34
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0072
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( H )

ses lumières de fort haut, et il affectait l'emploi de
masses fortes et vigoureuses, pour donner un grand
relief à ses ouvrages. En effet, ils sont imposans par
la fermeté des lumières et des ombres, et par une
exécution large et facile.

Le Guerchin, recommandable par ses grands talens >
ne le fut pas moins par ses vertus morales. Il aimait
le travail et la solitude, et amassa beaucoup de biens.

Sincère, civil, modeste, ennemi de la raillerie, chari-
table , religieux, il employait son crédit et ses richesses
à obliger ceux qui avaient recours à lui. Il dépensa beau-
coup à faire bâtir des chapelles, et fit de magnifiques
fondations. :

Comme il avait une mémoire heureuse, sa conver-
sation était agréable et recherchée : accueilli par les
grands, il s'en fit aimer par ses manières franches,
affables, et ne s'avilit jamais auprès d'eux, ni par la
flatterie, ni par des manières serviles; souvent même
il aida de sa bourse des personnes d'une naissance
distinguée.

Il vécut dans le célibat, on pourrait même dire avec
chasteté, eut soin de sa famille, et [ne négligea rien
pour l'éducation de ses neveux et de ses nièces. Il avait
une fort belle maison à Bologne, et plusieurs autres à
la campagne, où l'on trouva après sa mort de grandes
richesses en meubles, en tableaux, en argenterie, en
pierreries et autres choses rares et précieuses.

Il mourut en 1667, âgé de 70 ans, et avec une piété
extraordinaire, ainsi qu'il avait vécu. Deux de ses
neveux furent héritiers de tous ses biens.
loading ...