Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 41
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0082
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 4i )

Planche vingt-unième. ■— La Vision d'Ezéchiel ,
tableau de la galerie du Musée ; par Raphaël.

L'Eternel créateur apparaît dans sa gloire, et-soutenu
sur des nuages. Deux anges soulèvent ses bras paternels.
Le troisième se présente à ses regards dans une altitude
respectueuse. Trois animaux , le lion, l'aigle et le
bœuf, symboles des Eyangélistes , forment le trône du
Tout-puissant.

Ce tableau est peint sur bois , et les figures n'ont guères
qu'un pied de proportion. La composition en est noble et
gracieuse ; mais le coloris paraît un peu dur et l'exécution
sèche. Le pinceau de Raphaël est plus brillant dans les
ouvrages d'une grande étendue. Celui-ci a néanmoins un
caractère digne de l'artiste célèbre qui l'a tracé.

Quelques particularités concernant Raphaël.

Raphaël d'Drbin avait la plus belle figure et l'extérieur
le plus avantageux ; ses mœurs étaient extrêmement
douces , sa politesse et sa modestie donnaient un nouveau
lustre à ses talens. Cet artiste ( pour nous servir des pro-
pres expressions de Vasari, ) passa toutes les années de sa
Vie , non pas en simple particulier , mais en prince ;
communiquant libéralement sa science , et prodiguant
ses richesses à tous ceux qui s'attachaient à la peinture et
qui étaient dans l'infortune.

Du temps de Raphaël , la gravure était loin d'avoir
multiplié , comme de nos jours , les richesses de l'art, des
anciens. Jaloux de connaître ce qu'il offrait de plus
remarquable , cet artiste ne pouvant se transporter sur
les lieux , entretenait des dessinateurs par toute l'Italie ?
et il en envoya même jusques dans la Grèce.

2. Il
loading ...