Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 47
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0091
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 47 )

Planche vingt - quatrième. —1 La Communion 'do
Jérôme , tableau de la galerie du Musée } par
Augustin Carache.

Ce sujet, traité par le Dominiquin , et dont l'esquisse
est à la page 117 du premier volume de ce recueil,
avait été peint plusieurs années auparavant par Augustin.
Carache. Le lecteur est invité à recourir à la gravure indi-
quée ci-dessus , pour décider jusqu'à quel point était
fondé le reproche de plagiat que les ennemis du Domini-
quin ne manquèrent pas de lui faire. Sans oser décider la
question , nous ne pouvons nous refuser à reconnaître
dans le tableau du Dominiquin , une véritable imitation,
dans l'ensemble ; mais on ne peut nier que ce dernier ait
enrichi la Scène de détails originaux , et l'inspeclion des
deux tableaux suffira pour se convaincre que le Domi-
niquin l'emporte sur Augustin Carache, par la noblesse
«les caractères et la force de l'expression.

Augustin Carache , né à Boulogne, en l558, fut doué
d'une disposition étonnante pour les sciences et pour les
arts. Après avoir étudié les belles-lettres , il s'appliqua à
la philosophie , aux mathématiques, à la poésie et à la
musique. Un goût particulier le porta vers la Peinture ;
il travailla même en sculpture , et porta à un haut degré
la gravure au burin. Il surpassa en peu dè temps son
maître, Domenico Baldi , où son père l'avait placé
pour s'instruire dans cet Art. Il parcourut la Lombar-
die avec Annibal son frère, pour peindre d'après les plus
beaux ouvrages que l'on y voyait ; mais il s'attacha par-
ticulièrement à la gravure , où , quelque gloire qu'il y
loading ...