Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 48
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0092
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 48)

ait acquise, il est resté fort au-dessus de la célébrité qu'il
eût obtenue , s'il eût suivi la carrière d'Annibal.

Augustin a néanmoins laissé plusieurs tableaux qui
tiennent un rang distingué. Le plus considérable de tous
est celui dont on offre ici l'esquisse. Quelques personnes
assurent qu'il n'y travailla pas seul , et que Louis et
Annibal y mirent aussi la main.

Une longue maladie ayant dérangé sa santé, il se retira
3ans un couvent de Capucins à Bologne , pour mieux se
préparer à mourir. La prière , la méditation et les austé-
rités occupèrent presque tout son temps. Pendant les
courts intervalles de sa maladie , il peignit le repentir
de St. Pierre , après avoir renié sou maître. Il entreprit
même de faire un tableau du Jugement dernier ; mais à
peine en avaic-il commencé l'ébauche, que son mal étant
venu au dernier terme, il mourut le 22 mars 160.2, âgé
de 43 ans. Annibal fut vivement affligé de la perte de son
frère , et voulut lui élever un monument ; mais des amis
d'Augustin le prévinrent, et se réunirent pour rendre ce
dernier hommage aux mânes d'un artiste célèbre.

L'académie de Bologne qui lui avait de grandes obli-
gations , lui fit des obsèques magnifiques.

Augustin laissait un fils naturel, nommé Antoine.
Annibal en prit soin , le lit étudier , et l'instruisit dans
la Peinture. Ce jeune homme donna de grandes preuves,
de capacité, et mourut à l'âge de 35 ans. On assure que
s'il eût vécu plus long-temps, il eût surpassé son. oncle
Annibal.
loading ...