Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 51
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0097
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 5i)

Planche vingt-sixième. — Trois Statues de la Salle
d'Apollon, à la Galerie des Antiques.

La première représente Bacclius, fils de Jupiter et d<3
Sémélé. Debout et absolument nu, il s'appuie négligem-
ment du bras gauche sur un tronc d'arbre qu'entoure un
cep de vigne. Il tenait autrefois, de la main droite, urï
thyrse dont il ne reste plus qu'un fragmentjj et de
l'autre une coupe, ainsi que l'indiquent divers monu-
mens antiques : son front est ceint d'un bandeau ; sa
tête ornée d'une couronne de lierre; et ses cheveux
bouclés descendent en longs anneaux sur sa poitrine.
Des formes élégantes, arrondies, des traits nobles et
gracieux, un regard doux et languissant, tout annouce
dans cette statue, l'une des plus belles que l'on connaisse
de Bacclius, ce dieu dont la molle volupté forme la
caractère distinctif.

Cette figure est exécutée en marbre grec ; sa propor-
tion est un peu au-dessus de nature.

Les deux suivantes ont environ deux pieds et demi de
hauteur ; elles sont placées sur l'appui des croisées. La
première représente Minerve avec le géant Pallas. Cette
petite statue, élégamment ajustée offre des attributs
digues d'observation, et que l'on trouve rarement
dans les monumens antiques. On voit à ses pieds, d'un
côté, le serpent, gardien invisible du temple de Minerve
à Athènes; et de l'autre, quoique dans une proportion
très - inférieure, unefigure monstrueuse dont l'es jambes
se terminent en reptile, et qui semble représenter,
soit Encelades , soit le géant Pallas, vaincus l'un et
l'autre par la déesse.
loading ...