Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 53
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 55 )

Planche vingt-septième. — L'Adoration des Mages; par
Rubens.

Aussitôt après la naissance de Jésus, des anges l'an-
noncèrent anx pasteurs de Bethléem : une étoile apparut
en Orient, et amena des mages qui vinrent adorer le fils
de l'Eternel : ils lui offrirent des présens, de l'or, de
l'encens et de la mirrhe.

Piubens, dans ce sujet, l'un de ceux qui ont le plus
exercé le pinceau des artistes, parce qu'il prête à la
richesse de la composition et à la magie du clair-
obscur, a fait briller, comme dans toutes ses produc-
tions , la variété des caractères, la vigueur du coloris
et la vivacité de l'exécution. Ce tableau, recueilli en
Flandres, faisait partie des richesses du Musée central;
il a été donné à l'église de Notre-Dame, et placé dans
la nef, pour la cérémonie du Te Deum, le jour de
Pâques dernier. Plusieurs autres tableaux et des ten-
tures de tapisseries ont eu la même destination ; mais
ils n'y sont pas en assez grand nombre pour remplir le
vide immense qui résulte des enlèvemens antérieurs.
D'ailleurs ces objets sont placés si haut, qu'il est impos-
sible d'en jouir et de les juger. Sous le rapport de la
décoration intérieure de l'édifice, il serait possible
d'imaginer une meilleure distribution de ces peintures.
Il y a lieu de penser que celle-ci n'est que provisoire.

Particularités sur Rubens.

Rubens avait une figure noble et gracieuse. Comme
la fortune seconda ses rares talens, et qu'il vécut tou-
jours dans l'opulence, à l'imitation de Raphaël, il
a. 14
loading ...