Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0130
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 75 )

Planche trente-septième. — Les Fiillstins frappés de la
peste ; Tableau de la Galerie du Rusée : par le Poussin.

Les Philistins ayant défait l'rmée des Israélites à
Aphec, et enlevé l'arche de l'alhnce du Seigneur, que
ceux-ci avaient fait venir de Silc, afin qu'elle les sauvât
de la main de leurs ennemis, il l'emmenèrent de leur
campà Azot, et la placèrent dais le temple de leur dieu
Dagon , tout près de l'idole. Lelendemain les habitans
d'Azot trouvèrent, dès la poine du jour, le simulacre
de leur dieu tombé sur le visag, devant l'arche du Sei-
gneur; ils le relevèrent etle renirent à sa place. Le jour
suivant ils trouvèrent l'idole reversée de la même ma-
nière que le jour précédent; nais la tête et les deux
mains étaient séparées du trois, et se trouvèrent sur le
seuil de la porte. Alors la mail de Dieu s'appesantit sur
les vainqueurs d'Israël. Les hcbitans de la ville et de la
campagne furent frappés d'me maladie honteuse et
cruelle : il sortit tout d'un coip des champs et des vil-
lages une multitude de rats, <t l'on vit dans la ville une
confusion de mourans et de norts... Ce fléau ne cessa
que lorsque l'arche eut été rendue aux Iraélites.

C'est à-peu-près dans ces te7tnes que l'Histoire sainte
rapporte le trait qui fait le su et de cette Planche. Elle
n'a pas besoin d'autre explication. La seule inspection
de l'esquisse fera sentir avec (ruelle exactitude, quelle
énergie, quelle profondeur de pensées et de sentimens ,
le Poussin s'est conformé à ce sujet pathétique. Chacun
des épisodes de cette composition sublime formerait un
tableau dont nous craindrions d'affaiblir l'intérêt en
cherchant à l'analyser.

a. 19
loading ...