Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 74
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0131
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 74 )

Le fond du tabîeai représente une place publique de
la ville d'Azot, ainsique l'entrée du temple de Dngou.
La beauté de l'àrchitlcture et des fabriques, dont le style
est du meilleur choie, répond à la richesse des autres
détails. Cette compoition est une des plus belles qui
soient sorties du pineau du Poussin. Il la peignit vers
l'an 168G , à Rome, par un sculpteur nommé Matlieo,
et n'en reçut que soixmte écus. Après avoir passé en
plusieurs mains , ce talleau fut vendu mille écus au duc
de Richelieu, qui le céla au roi. Les principales figures
ont environ vingt-quatr; pouces de hauteur.

Cette manière de pendre de grands sujets dans da
petits espaces ayant euun grand succès, et la réputa-
tion du Poussin s'étant Épandue en France, ainsi qu'en
Italie, on lui envoyait te divers endroits, et sur-tout
de Paris, des mesures poir avoir des tableaux de cabinet,
et d'une grandeur médiicre. Il eut dès-lors l'occasion,
e t contracta en quelque s<rteTbabitude, de resserrer son
pinceau dans des bornes m peu étroites, qui néanmoins
lui laissèrent un champ asez vaste pour faire briller ses
nobles conceptions, et reifermer dans des limites peu
étendues les plus grande; et les plus savantes disposi-
tions.

Le Poussin était intimement lié avec le Cavalier del
fozzo , qui possédait un cabinet rempli de médailles et
d'antiquités rares et précieuses. Les entretiens savans de
cet ami généreux lui furent d'un grand secours : il
trouva dans sa bibliothèque les livres des meilleurs
auteurs ; et ce fut par son moyen qu'il eut la communia-
cation des écrits de Léonard de Yinci, qui étaient dans
la bibliothèque Barberine.
loading ...