Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 76
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0134
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 76 )

une physionomie riante et gracieuse. Elle est couronnée
de lierre ; des brodequins forment sa chaussure, et elle
tient à la main un masque comique. Quelquefois on place
à ses côtés un singe, symbole de l'imitation $ une marotte,
emblème du ridicule, et les ouvrages des auteurs comi-
ques les plus célèbres, tels que Méuandre, Aristophane,
Plaute, etc. Les anciens lui donnaient un bâton recourbé
par le bout inférieur, appelé lagobolus, et que les ber-
gers lançaient après les lièvres.

La mythologie nous fait connaître trois autres Thalie.
L'une est la seconde des trois grâces, l'autre une des
néréides, et la troisième une autre nymphe, compagne
de Cyrène, mère d'Aristée *.

Ce tableau est un des plus agréables de la Collection
que l'on vient d'indiquer: Les expressions sont nobles ,
décentes , et les draperies d'un excellent choix. C'est
une des parties les plus recommandâmes du talent de le
Sueur. Le paysage qui sert de fond est bien composé, et
d'une touche fine et spirituelle : il est de la main de
Lahyre, de même que celui de tous les tableaux des
muses.

* Ces explications, quoiqu'un peu longues, ne sembleront peut-
être pas déplacées , sur-tout aux artistes qui ont souvent occasion
«ïe traiter ces sortes de sujets.
loading ...