Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 81
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0142
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 81 )

Planche quarante~uniè.me.—.La Magdeleine convertie,
Tableau de Lebrun ; figure de grandeur naturelle,

L'Ecrtture-Sainte ne fait mention que de deux
Magdeleines, l'une sœur de Lazare, l'autre Marie-
Magdeleine, ainsi nommée du bourg de Magdala, situé
dans la Galilée, près la mer de Tibériade. Cette der-
nière, après avoir été guérie par Jésus, s'était attachée
à lui, l'avait accompagné dans ses voyages, suivi au
Calvaire, et, après l'avoir vu mettre dans le tombeau,
était retournée à Jérusalem, chercher des parfums pour
l'embaumer. Pendant son absence, le Christ était ressus-
cité , et lui avait causé une grande surprise en s'offrant
à sa vue. On ne sait rien de plus de la vie de cette
Sainte.

C'est donc à tort que l'on donne communément' le
nom de Magdeleine à la femme pécheresse dont il est
ici question, et dont le nom même est ignoré. Au reste,
voici, en peu de mots, l'histoire ou du moins tout ce
que l'on raconte de cette courtisanne convertie.

Simon le Pharisien, de la ville de Naïm. ayant prié
Jésus de manger chez lui, tandis qu'ils étaient à table,
une femme de mauvaise vie entra chez ce Pharisien : elle
portait un vase d'albâtre rempli d'huile odoriférante;
elle se plaça derrière Jésus, et, prosternée à ses pieds,
elle commença aies arroser de ses larmes; elle les essuyait
avec ses cheveux, les baisait, ety répandait des parfums.
Comme les convives témoignaient leur étonnement de ce
que Jésus semblait ignorer que celle qui le touchait était
une femme débauchée, il dit à Simon : Je suis entré dans
votre maison, et vous ne m'avez point donné d'eau pour
me laver; cette femme, au contraire, a arrosé mes pieds
de ses larmes, et les a essuyés avec ses cheveux : vous ne
m'avez point donné de baiser, yous n'avez point répandu
loading ...