Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 89
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0154
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 89 )

Planche quarante-cinquième.— Guillaume Tell; Tableau,
de "Vincent.

VfVv . •><""*;'•' '•*;-'.iw 'r-- ï '''ïvùiË'ir*''il'h"!' ri

L'action de Guillaume Tell précipitant dans les

flots Gésier et ses partisans est généralement connue;
rirais elle occupe un point trop important dans l'histoire
de la confédération helvétique pour qu'il ne soit pas
utile de rapporter ici quelques-uns des faits qui l'ont
précédée, et dont l'explication est nécessaire pour l'in-
telligence du sujet que le peintre a choisi.

Après de longues années de troubles, les villes hel-
vétiques , pour éviter de nouveaux malheurs et se mettre
à l'abri de l'oppression qui les avait accablées, com-
mencèrent, vers l'an 1245, à former entre elles des con-
fédérations; elles choisirent des protecteurs parmi les
seigneurs voisins les plus puissans et les plus estimés.
Rodolphe d'Hapsbourg fut celui dont ils implorèrent la
protection. La plupart de ces villes, s'étant mises sous
la sauve-garde de ce prince en 1257, consentirent à.
recevoir de sa main des capitaines ou gouverneurs, et lui,
assignèrent des rentes pour prix de sa protection. Rodol-
phe répondit à leur confiance, et obtint peu de temps
après, par leur secours, la dignité impériale.

La.conduite d'Albert, fils et successeur de Rodolphe',
fut, à l'égard des Helvétiens, le contraste absolu de celle
de son père; voulant convertir en servitude l'obéissance
libre qu'ils lui rendaient, il leur envoya des officiers
qui s'appliquèrent à remplir ses vues par des vexations
de tous les genres.

Le 18 novembre i3c>7, Herman Gésier, bailli d'Un",
s'avisa, entre autres vexations, de faire placer dans le
loading ...