Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 90
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0155
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 90 )

marché public d'Allorff, et au bout d'une perche, sa
toque, et enjoignit à tous les passans de la saluer, sous
peine de la vie. Guillaume Tell, de Burghen, au canton
fl'tJrï, ayant méprisé cet ordre, Gésier le fit arrêter;
mais craignant les mouvemens que cet acte d'autorité
pouvait amener, et redoutant les parens et les amis de
Tell, il n'osa pas le tenir en prison à Dri; il le conduisit
au-delà du lac, en dépit de la loi qui défendait de
transporter les prisonniers hors du pays.

Ils n'étaient pas encore éloignés du rivage quand un
vent du sud souffla des gorges du Gothard, avec la vio-
lence qui lui est propre ; le lac, très-étroitet très-profond
dans cet endroit, poussa les vagues contre les rochers, où
elles se brisaient avec fureur. Dans ce péril imminent,
Gésier ordonna d'ôter les liens dont Tell était garrotté :
Tell était connu pour un excellent batelier. Par son
adresse ils arrivèrent àLazamberg. Ici Tell sauta de la
barque sur un rocher plat : il renversa la barque d'un
coup de pied, et Gésier fut précipité dans le lac avec
tous ceux qui l'accompagnaient. Cependant Gésier se
sauva de la tempê te ; mais quand il eut pris terre h
Ivusnacht, et comme il suivait un chemin creux près de
cet endroit, il fut atteint d'un trait que lui lança Guil-
laume Tell, et perdit la vie.

Voyez la suite de cet article, page g3.
loading ...