Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 99
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0169
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 99 )

Planche cinquantième. — Trois Statues de la salle
d'Apollon, à la Galerie des Antiques.

Ces trois statues sont de proportion demi-nature, et
placées sur l'appui des croisées de la galerie.

La première représente Apollon delphique : ce Dieu
est appuyé sur le trépied sacré. De la main gauche, il
tient une branche de laurier, qui a été restituée d'après
diverses médailles grèques, où l'oa voit lafigure d'Apol-
lon delphique.

Cette petite figure en marbre grec dur, a été tirée
du château d'Ecouen, près de Paris.

La seconde offre une imitation de VAntinoiis du
Capitole, dont la belle statue est exposée dans la salle
des Romains, au même Musée. On peut recourir à la
notice concernant Antinous , jeune favori d'Adrien, in-
sérée dans le premier volume de cet ouvrage, page g3.

La troisième statue est celle de Mars, le dieu de la
guerre. Il est caractérisé par son casque et son bouclier,
et représenté d'un âge mûr et avec de la barbe, tel qu'il
se voit sur les médailles des Brutiens et les monnaies
d'or de la république romaine.

Les mythologues ont distingué plusieurs Mars. Le
premier fut Belus, à qui l'on attribue l'invention des
armes et de l'art de ranger les troupes en bataille ; le
second Mars était un roi d'Egypte ; le troisième , un roi
des Thraces, nommé Odin, qui se distingua si fort par
sa valeur et ses conquêtes, qu'il mérita le norn de Mars
hyperboréen. Le quatrième est le Mars grec, surnommé
Ares; le cinquième et dernier, celui dont cette planche
offre la statue, est le Mars, qui rendit Rhéa Sylyia
mère de Rémus et de Rornulus.
loading ...