Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 116
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0194
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( nS )

Jupiter, et pour se dérober à sa poursuite, s'enfuit'de
l'Olympe, et vint se réfugier en Italie. Il y rassembla,
dit Virgile, les hommes féroces, épars sur les mon-
tagnes ; il leur donna des lois, et voulut qu'un pays où
il s'était caché portât le nom de Latium. Son règne
fut celui de l'âge d'or. Ses paisibles sujets étant gouvernés
avec douceur ( voyez Justin, 43, 1. ), l'égalité des con-
ditions fut rétablie; aucun n'était au service d'un autre ;
personne nepossédait rien en propre; toutes choses étaient
communes, comme si tous n'avaient eu qu'un seul héri-
tage, etc. Empire heureux ! lois séduisantes !... lors-
qu'elles sont embellies des images de la poésie, mais dont
l'essai a tant de fois été funeste aux hommes civilisés !...
Au reste, ce bon Saturne, ce restaurateur de l'égalité des
conditions et de la communauté des biens, mutila son
père, dévora ses propres eufans; et il eut, en Italie, dans
les Gaules, et sur-tout à Cartilage, des autels où on lui
sacrifiait des victimes humaines : dans cette dernière
ville, au rapport de Plutarque, on lui immola dans im
seul jour 5oo jeunes garçons de la première noblesse.
Hercule abolit en Italie ce culte impie et barbare ;
mais la nation Carthaginoise, qui y fut plus long-temps
et plus particulièrement attachée, ne se lavera jamais
des reproches de la postérité.
loading ...