Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 119
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0199
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ng )

Planche soixantième.—-Trois Muses, Melpomène, Erato
et Polymnie; Tableau de la Galerie du Musée i par le
Sueur.

Ce charmant tableau, l'un de ceux qui décoraient
le cabinet des Muses, à l'hôtel Lambert, fait pendant
à celui qui représente Clio, Euterpe et Thalie, et dont
nous avons donné l'esquisse (page 75 de ce volume); il
réunit trois autres muses, Melpomène, Erato et Po-
lymnie. Le Sueur ne paraît pas avoir rigoureusement
observé les attributs qui distinguent ordinairement ces
jeunes divinités. Nous allons tâcher de les indiquer au
lecteur, et d'ajouter aux idées du peintre les idées
accessoires qui nous ont été transmises parla mytho-
logie.

Si le Sueur n'a consulté que l'origine du nom de
Melpomène ( melpo, je chante), c'est probablement
cette muse qu'il a représentée à genoux, couronnée de
fleurs, et tenant un livre de musique; mais on la peint
plus ordinairement tenant d'une main des sceptres et
des couronnes, et de l'autre un poignard ensanglanté ;
quelquefois elle est accompagnée de la terreur et delà
pitié, ou tient une massue, pour indiquer la tragédie
dans les temps héroïques où cette arme était en usage.
Le Brun l'a représentée dans les appartemens de Ver-i
sailles, sous la figure d'une femme assise sur un siège
de forme antique; l'air de son visage est tout-à-la-fois
fier et triste; ses attributs sont un poignard, un bandeau
royal et un sceptre d'or. Le Sueur, qui avait à orner un
cabinet dédié aux muses, a écarté ces idées sinistres,
et n'aura voulu sans doute offrir que des objets aimables
et gracieux.
loading ...