Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 129
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0220
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 129 )

Planche soixante - septième. — La Visitation
Tableau de Rubens.

Marie ayant reçu le message de l'Ange, qui lui annon-
çait qu'elle mettrait au monde le Fils de Dieu, « partit
)) en ce même temps, et s'en alla en diligence vers la mon-
33 taaine de Judée, en une ville de la tribu de Juda ; et
» étant entrée dans la maison de Zacharie, elle salua
33 Elizabeth. Aussitôt qu'EIizabeth eut entendu la voix
» de Marie qui la saluait, son enfant tressaillit dans son
j) sein. . . . Marie demeura avec Elizabeth environ trois
» mois , et elle s'en retourna ensuite dans sa maison. »

Ce tableau , dont les figures sont de grandeur naturelle,
esl, remarquable parla fraîcheur, la finesse et la transpa-
rence du coloris. La composition en est bien entendue et
l'effet aérien. .

Particularités sur Rubens.

Un peintre d'Anvers, nommé Corneille Schut, se plai-
gnant d'être peu occupé , en attribuait la cause à Rubens,
et cherchait sans cesse à décrier les productions et le
mérite de son illustre rival. Celui-ci ne se vengea de cet
ennemi déclaré, qu'en lui procurant des travaux.

._. Marie de Médicis , reine de France, aimait infini-
ment la conversation de Rubens : on prétend qu'elle ne
le quitta point pendant tout le temps qu'il peignit deux
tableaux de la galerie du Luxembourg.

Celte princesse voulut un jour lui faire voiries dames
loading ...