Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 138
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0227
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ï58 )

ne voit dans les ouvrages d'aucun autre peintre. Il em-
ployait les laques les plus fines, ce qui fait que la cou-
leur s'en est bien conservée, et ses verds sont si beaux
qu'on ne peut rien voir de plus parfait.

Mais que nous importe au reste que le Corrège ait été
pauvre ou riche, il n'est pas moins constaté par ses
ouvrages qu'il doit avoir reçu une bonne éducation; et
ce que rapporte le père Orlandi paraît très-vraisembla-
ble; savoir, que le Corrège étudia la philosophie, les
mathématiques, la peinture, l'architecture, la sculpture,
enfin toutes les espèces de connaissances, et qu'il était
d'ailleurs en relation avec les plus célèbres professeurs
de son temps...

Il paraît incroyable que le Corrège n'ait pas joui d'une
certaine réputation dans sa patrie et dans les provinces
voisines, ainsi que quelques écrivains le font compren-
dre , tandis qu'il fut chargé des ouvrages les plus consi-
dérables d'alors. La première coupole qui fut peinte est
celle de Saint-Jean, à Parme, et c'est le Corrège qui eu
fut chargé, et qui exécuta cet ouvrage en j5ih- la
seconde est celle de la cathédrale de la même ville , que
le Corrège peignit en i55o. Les grands ouvrages dont
l'exécution lui fut confiée nous prouvent qu'il était
regardé comme le meilleur peintre de son pays.. .

On peut remarquer encore que Vasari rapporte que
le duc Frédéric de Mantoue voulant faire présent de
deux tableaux à l'empereur Cliarles-Quint, à l'occasion
de son couronnement à Bologne, en i53o, il pensa au
Corrège pour les faire exécuter. Ce peintre devait donc
être un artiste fort estimé, puisqu'un prince amateur des
arts le préféra à Jules Romain, qu'il avait à son service,
tandis que d'un autre côté l'empereur pouvait disposer
du talent duTitien : ce qui fait croire que le duc ne choisit
à cette occasion le Corrège que pour donner un plus
grand mérite au présent qu'il voulait faire, et pour
mieux satisfaire le goût du monarque.
loading ...