Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.1802 [Cigognara Nr. 3401-2]

Seite: 143
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802/0234
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( )

Jont ce nouvel ouvrage contiendra la totalité' : on peur encore obser-
ver que le même Musée réunit un grand nombre de tableaux de
maître de la 2e ou 3e classe , dont on se contentera d'offrir un petit
nombre de productions dans l'ouvrage sur la vie des Peintres ; en-
core aura-t-on soin de les choisit hors de la Collection du Louvre.

Il est donc e'vident, non-seulement que l'ouvrage annonce sous le
titre de V ies et œuvres complètes des Peintres les plus célèbres de
toutes les Ecoles diffère essentiellement des Annales duMusée cl
de l'Ecole moderne des 'Beaux - Arts, mais encore que ces deux
Collections, loin de se nuire, ne feront que se fortifier mutuelle-
ment, puisque l'une et l'autre réunies promettent l'ensemble le plus
complet qui existe des chefs-d'œuvre anciens et des meilleures pro-
ductions modernes.

II est inutile de s'étendre davantage sur l'agre'mcnt que ce nouvel
ouvrage doit procurer aux amateurs, auxquels]] épargnera les soins
pénibles des recherches; sur l'utilité qu'il présente aux jeunes étu-
dians avides de connaître les maîtres qu'ils doivent imiter, et aux
artistes même dont le talent est parvenu à sa maturité ; on sent qu'il
est impossible de leur procurer, dans un format plus égal, moins
embarrassant et à moins de frais, une multitude de compositions
ingénieuses que l'on trouve éparses dans une infinité de volumes aussi
Tares que dispendieux ; qu'un tome du Recueil que nous annonçons ,
ou même le complément d'une Ecole coûtera souventmoins qu'une
seule des nombreuses gravures répandues dans le commerce ; enfin ,
qu'il serait à désirer, pour le progrès des beaux-arts, dont le goût in-
flue sur tous les objets industriels , que chaque lycée, chaque biblio-
thèque de département possédât un exemplaire de cette Collection,
pour suppléer, autant que possible, à l'immense Recueil delà Biblio-
thèque nationale , le seul dépôt de ce genre dans la République.
AVIS.

' Une Collection aussi étendue que celle que nous annonçons, exi-
geant plusieurs années d'un travail continu, et des frais considérables
(plusieurs artistes distingués concourent à l'envi à son exécution),
l'auteur a dû constater et assurer sa propriété, en déposant à la Biblio-
thèque nationale le plan , le format et les planches de cet ouvrage,
dont le titre et l'invention lui eussent été peut-être contestés ou enle-
vés, s'il eût atlendu pour le faire enregistrer le terme de sa confection.

Extrait des registres de la Bibliothèque nationale.

Paris , ce 27 fructidor an 30 de la Répuhlique-
Je soussigné conservateur des estampes et planches gravées de la
Bibliothèque nationale, certifia que le cit. Landon, peintre , a, con-
formément à la loi du 19 juillet 1793 (vieux style), an 2 de la
république, déposé i\ ladite Biliolhèquc deux exemplaires des deux
premières planches de l'œuvre du Dominiquin, dont la totalité doit
former le premier volume de l'ouvrage qu'il publie sous le titre de
y ies et œuvres complètes des Peintres les plus célèbres de toutes
les Ecoles, suivant le Prospectus manuscrit joint à ces deux plan-
ches, pour établir ses droits.

En foi de quoi j'ai délivré le présent certificat, pour servir et
valoir ce que de raison.

Signé Joly, Conservateur.
loading ...