Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 17
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0031
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche cinquième. — Jésus-Christ à. Emmaùs}
Tableau du Musée, par le Titien. Figures de grandeur
naturelle. ,

Après sa résurrection, Jésus-Christ entra au village
d'Emmaiïs avec deux de ses disciples qui ne l'avaient pas
reconnu. Leurs yeux ne se dessilèrent que lorsqu'étant à
table, Jésus prit le pain, le bénit et le leur présenta.
Aussitôt il disparut.

Ce tableau, bien conservé, est Un des plus beaux du
Titien. On cite, comme un chef - d'œuvre de gravure,
l'estampe qu'en a faite Antoine Masson, et qui est connue
sous le nom de la nape de Masson, parce que cet acces-
soire y est traité d'un burin admirable.

Né de parens nobles , à Cador, dans le Frioul, en 1477/
Titiano Yecelli, dit le Titien, fut placé, dès l'âge de dis
ans, chez Jean Bellin, peintre vénitien. Il y demeura
plusieurs années, et ne fit d'autres études que d'après
nature. Mais, en l5o7, ayant reconnu dans ,les ouvrages
du Giorgion, qui étudiait avec lui sous le même maître,
ce grand effet, et cette manière savante qui les caractéri-
sent, il s'y attacha tellement que l'on confondait quelque-
fois les peintures decesdeuxartistes.Dès-lorsleGiorgion
devint jaloux du Titien, et rompit tout commerce avec lui»
Le Titien fit quelques tableaux pour là république de
Yenise ; ensuite il alla Padoue, où il en peignit un plus
grand nombre, tous également admirables pour la beauté
du coloris.

En i5ii, le Giorgion étant mort de la peste qui affli-
gea la ville de "Venise , et ayant laissé plusieurs ouvrages
imparfaits, le Titien les termina. Quelques années après
loading ...