Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 32
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0053
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
ÇS2)

Ses loix sont très-sages et très-sévères, et offrent queL-
«fues bizarreries, qui semblent contraires à la justice et à
l'humanité , mais qui furent sans cloute commandées par
les circonstances. On (lit que pour engager ses compa-
triotes à les observer inviolableraent, il leur fit jurer de
n'y rien changer jusqu'à son retour ; et qu'il se retira dans
l'île de Crète, où il se donna la mort, après avoir ordonné
que l'on jetât ses cendres à la mer : il craignait sans doute
que si l'on rapportait sou corps à Sparte, les Lacédémo-.
nions ne se crussent absous de leur serment.

La statue dont nous donnons ici l'esquisse ; est l'une
âes douze qui ornent la salle des séances du Corps Légis-
latif, et la seule de ce nombre dont le Gouvernement ait
iordonné l'exécution en marbre , d'après le jugement de la
Classe des Beaux-Arts de l'Institut. National. La réputa-
tion du cit. Lemot, auteur du modèle, est du plus heu-,
reux augure pour la perfection du travail. On voit de
cet artiste-, et dans le même local, un autre modèle en,
plâtre, de même proportion, représentant Brutus; on
remarque, dans l'une et l'autre figures, un caractère éner-
gique , un dessin grand et correct, et des draperies d'un,
beau style.
loading ...