Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 34
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0056
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(34)

ouvrages de ses confrères, il leur inspirait une noble
émulation, en applaudissant à leurs efforts.

Rubens employait ordinairement Van-TJden etSnyders
à peindre quelques parties de ses tableaux. Ces deux
artistes se glorifiaient beaucoup d'un pareil honneur.
Mangeant un jour ensemble, ils se dirent l'un et l'autre,
que Rubens, dont on faisait tant de cas , ne pouvait
cependant se passer de leurs secours pour peindre le
paysage et les animaux, qui contribuaient à l'embellis-
sement de ses ouvrages. Rubens , informé de cette con-
versation , peignit aussitôt de grands tableaux de chasse,
dans lesquels il représenta plusieurs animaux, et de très-
beaux paysages; alors il leur dit : « Vous n'êtes que des
» ignorans ; quand je me sers de vous, c'est pour aller
» plus vite : je viens dé vous faire voir que je sais m'en
» passer , et que je suis votre maître en tout. » »
loading ...