Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 38
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0062
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(38)

d'y corriger les fautes qu'il y trouverait ( ajoutait-il mo«
{lestement ). L'artiste de Bologne, transporté de joie
d'être enfin sur le point de voir un ouvrage de Raphaël %
s'empresse de considérer ce tableau ; mais il n'y a pas
plutôt jeté les yeux , crue son cœur se serre; il sent vive-
ment l'extrême distance de ses talens à ceux de Raphaël ;
il tombe dans une mélancolie profonde, et meurt de la
douleur qu'il éprouve d'avoir si long-temps travaillé pour
ji'êlre qu'un peintre médiocre.

.—Les talens de Raphaël lui acquirent une telle consi-
dération, que le cardinal Bibiéna lui offrit sa nièce en
mariage ; mais Raphaël crut devoir renoncer à cette
illustre alliance , dans l'attente du chapeau de cardinal
rjue Léon X lui avait promis. Il ne refusa pourtant pas
ouvertement le parti avantageux qui lui était proposé;
il pria son émmence de lui accorder quatre années, afin
de pouvoir, disait-il , se rendre plus digne de l'honneur
qu'elle voulait lui faire. Ce temps expiré , le cardinal
parut toujours dans les mêmes dispositions , et Raphaël
consentit alors d'épouser sa nièce"; mais il éloigna de
jour en jour l'instant du mariage, se flattant que le pape
remplirait ses promesses , et qu'il se verrait enfin décoré
de la pourpre romaine. Il est probable que sans la mort
prématurée de cet illustre peintre , son ambition aurais
été satisfaite.
loading ...