Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0070
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 43 )

Planclie dix-huitième. — Bas-relief représentant une
jeune Mariée.

Ce bas-relief faisait autrefois partie de la collection
Albani à Rome. Il est très-remarquable sous le rapport
■de l'art et sous celui des mœurs des Anciens , dont il nous
retrace une scène intéressante.

On y reconnaît une jeune mariée prête à passer dans le
lit'nuptial; la pudeur virginale lui fait voiler son visage,
pendant qu'une femme occupée à lui parfumer les pieds',
la prépare au moment qui doit l'unir à son époux.

La simplicité de ces deux figures , et la beauté du style
de leurs draperies, font de ce monument un modèle extrê-
mement précieux pour les artistes modernes.

On en verra le trait avec d'autant plus de plaisir,
qu'on ignore entièrement ce que l'original est devenu.
Il fut enlevé pendant la dernière guerre d'Italie , et on
présume qu'il a été transporté en Angleterre.

La collection des antiques du Musée central ne possède
qu'un plâtre moulé sur ce bas-relief.

— L'histoire prouve que le droit acquis par le soir,
des armes sur les monumens des peuples vaincus , a été
exercé de tous les temps par presque tous les conquérans»
Un grand nombre de statues , tant des dieux que des
hommes illustres , furent enlevées à la Grèce.par les rois
de Perse, entre autres celles d'Harmodius et d'Àristogilon ,
que les Grecs conservaient avec vénération, comme celles
dea premiers Ijéros de la liberté d'Athènes.
loading ...