Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 48
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0077
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 48 )

présente à J. J. Rousseau quelques-unes des fleurs qui
firent ses délices.

La plupart des hommes les plus recommandables pan
leurs lumières et par leurs talens., ont été voir l'ouvrage
dans l'attelier de l'Artiste , et tous s'accordent à dire que le
groupe est heureusement composé , d'un dessin sévère et
soutenu , d'une exécution mâle,, et qu'il est soigné dans
tous les détails où l'étude naïve de la nature ajoute au
caractère et à l'intérêt de l'ensemble.

Quatre bas-reliefs doivent orner le piédestal, mais ils
n'ont pu trouver place dans la même planche. Ils sont
tous analogues, soit aux divers talens de J. J. Rousseau,
soit aux époques les plus remarquables de sa vie.

Le premier bas-relief, par des figures allégoriques ,
rappelle le Contrat Social } la face à droite , ses principes
de législation , son triomphe à l'Académie de Dijon , et
son combat polémique avec d'Alembert; la face à gauche
représente Héloïse reprenant ses sens et couvrant de bai-
sers son enfant qu'elle vient de retirer des flots, au risque
d'y périr elle-même,; le quatrième bas-relief offre plu-
sieurs figures qui rappellent et le goût de J. J. Rousseau
pour la botanique , et quelques-unes de ses productions
dramatiques et musicales, telles que Pygmalion , le Devin
du Village, etc.

Ce-groupe est placé maintenant au Palais du Sénat
Conservateur ; on présume qu'il sera exécuté en marbre»
loading ...