Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 63
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche vingt-huitième. ■— Sapho désespérée de ne
pouvoir inspirer à Phaon la passion qu'elle ressent
pour lui , se précipite dans la mer du haut dû rocher
de Leucade.

Cet agréable tableau de quatre pieds de hauteur
environ, fut ex posé au salon de l'an 10, et fit honneur à
l'Artiste , le cit. Gros , élève de David. Le dessin en est
gracieux, l'expression touchante , et la touche facile.

IVous avonspubliédansnotrepremiervolume, page 123,
la statue de Sapho , par le cit. Ramey. C'est la seule qui
nous soit connue de cette femme célèbre , parmi les ou-
vrages modernes, et le temps n'a pas laissé parvenir
jusqu'à nous celle que les Grecs lui érigèrent; elle était
dea mains de Sillanion, sculpteur renommé. Les habitans
de Mitylène, ayant placé l'effigie de Sapho sur leur mon-
naie , il est probable qu'ils lui érigèrent encore d'autres
statues que celle que nous venons de citer, sur-tout dans
un temps où les Grecs portèrent l'abus de celte espèce de
monumens jusqu'à les prodiguer à des courtisannes.

Il est vrai que l'usage des statues en l'honneur des
femmes ne fut d'abord établi que pour celles qui avaient
rendu quelque service à leur pays, ou qui s'étaient illus-
trées par leurs vertus ou leurs talens.

Pausanias parle de la statue de Télésille , tenant un
casque à la main, comme une récompense de sa valeur
guerrière. Cynisque, fille d'Archidamus, ayant la pre-.
mièrç osé aspirer au prix des jeux olympiques, vit sa-
loading ...