Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 70
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
: (7° V ■

qu'un trait de l'histoire moderne ne fournira que là
Matière d un tableau de genre, et qu'une scène domes-
tique , dont les personnages seront vêtus k la grecque ou à
la romaine, sera un véritable tableau d'histoire.

Mais-ne pourrait-on pas , selon l'opinion de M. Quaire-
mère de Ouihcy, former de toutes ces diversités trois
seules classes qui se rapporteraient aux trois règnes de la
physique? La nature pensante.et animée , la nature végé-
tante et mobile, la nature morte et inanimée.

« Dans la première classe , par excellence, se rangent
tous les genres qui ont l'homme pour objet principal d'imi-
tation : l'histoire proprement dite , les scènes familières 5
le portrait , la bataille, etc.

» La seconde comprendrait le paysage, les marines,
•vues perspectives, fleurs , etc.

» La troisième enfin renfermerait les imitations des
objetsprivés de sentiment, de vie et de mouvement, ainsi
que de tous ceux qui participent de la nature et de l'art,
tels que les meubles, ustensiles, objets de luxe ou de.
nécessité domestique. »

Cette division paraît la plus raisonnable ; et si elle
était généralement adoptée , il n'y aurait plus d'autre
prééminence , parmi les Artistes , que la supériorité du,,
talent, dans quelque genre que ce soit.
loading ...