Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 82
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0128
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C & )

prêt à entreprendre ce qui lui était agréable, et à foire
pour lui, préfér'ablement à tout autre, les tableaux
qu'il desirait, et auxquels il donnait un soin particu-
lier ; c'est ce que l'on peut remarquer dans les tableaux
des sept sacrements qui furent traités avec tant de
dignité et d'intelligence, que M. de Chantelon désira
d'en avoir de semblables.

Quoique le tableau de S. Jean baptisant dans le dé-
sert ait été fait pour le cavalier Del Pozzo , comme nous
l'avons dit ci-dessus , il ne fait pas pariie des sept sa-?
crements, que Le Poussin avait peints précédemment
pour cet amateur. Il passa depuis dans le cabinet de
M. Lenôtre, et dë-là \lans la collection du roi.

Particularités concernant Le Poussin.

Quand Le Poussin voulait traiter un sujet d'histoire,
il avait coutume d'en faire une légère esquisse ; ensuite
il disposait sur une table des mannequins ou petits mo-
dèles en cire qu'il drapait, et plaçait dans les attitudes
convenables. C'était par ce moyen qu'il connaissait les
effets de lumière et les ombres des corps. Ensuite il pre-
nait des modèles plus grands qu'il habillait de toiles
très-h'nes pour conserver le nu.

Le Poussin copiait peu les bons tableaux ; c'était
selon lui du temps perdu ; il se contentait de les bien
examiner, pour se les mieux imprimer dans l'esprit \
et c'est de cette manière qu'il étudia les ouvrages du
Titien} de Raphaël, de Jules-Ilomain et du Dominiquiu,
loading ...