Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 102
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0158
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( Ï02, )

ver les avantages de ce genre de représentation, sont
très-nombreux. On les trouve surtout dans cette source
inépuisable pour les arts, que présentent les ouvrages
des anciens; ce sont eux qui ont employé l'allégorie
avec le plus de goût et le plus de discernement.' Ins-
pirés par les charmantes fictions de la Mythologie, ils
ont orné leurs monuments publics , leurs médailles,
leurs pierres gravées, d'emblèmes et de symboles, dont
le but moral est encore l'objet de notre étude et de
notre admiration. Les modernes se sont aussi quelque-
fois servi de ce mpyen avec succès ; on doit citer plu-
sieurs compositions de Raphaël, enfr'autres son célèbre
dessin , représentant l'Innocence traînée par la Calom-
nie, au tribunal de l'Ignorance, d'après une descrip-
tion que nous ont laissé les anciens. Les énergiques
allégories de Rubens prouvent aussi combien son génie
a été fécond dans ce genre ; celle qui représente la
Guerre et les fléaux qui l'accompagnent, est une des
plus fortement pensée cju'on connaisse. Nous donne-
rons dans ce Recueil le trait de l'un et de l'autre de
ces modèles qui font actuellement partie de la collec-
tion nationale. C'est en se pénétrant des intentions,
toujours claires, toujours motivées, de ces grands maî-
tres, et en employant comme eux les ressources de la
Fable et de l'Histoire, que les artistes modernes don-
neront à l'allégorie tout le mérite dont elle est suscepti-
ble, et que la peinture pourra produire, en parlant aux
yeux , des effets aussi frappants et aussi instructifs que
la poésie.
loading ...