Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 120
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0185
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 120 )

son svrpplice avec la même fermeté qu'elle avait mon-
trée dans les combats.

Le modèle en plâtre de la statue de Jeanne d'Ai'c,
fesait partie de l'exposition de cette année ; il a mérité
de nouveaux éloges à M. Gois fils, déjà connu avan-
tageusement par son groupe des Horaces. La figure
a plus de six pieds de proportion; elle a cette altitude
animée, qui doit caraclériser l'iiéroïne française. L'ar-
tiste a parfaitement surmonté les difficultés que pré-
sentait le costume, et s'est cependant attaché à le
rendre avec la plus exacte vérité. La plinthe est ornée
de trois bas reliefs, représentant Jeanne d'Arc armée
par Charles "VII, le sacre de ce prince, et la mort de
l'héroïne.

La Société Libre des Arts de Paris , et l'Athenée des
Arts, ont cru dévoir distinguer cette production, par
un rapport sur le mérite d'exécution qu'elle présente,
copie de cè rapport a été communiquée au Ministre de
l'Intérieur. Le citoyen Maret, préfet du département
du Loiret, et le citoyen Desormaux, maire d'Orléans,
ont invité le corps municipal et les habitans de cette-
ville à arrêter l'exécution en bronze de ce monument,
pour remplacer celui qui a été détruit dans la révo-
lution. Il serait à désirer aussi que le gouvernement le-
fit exécuter en marbre , et que cette femme extraor-
dinaire , dont la France s'enorgueillit, trouvât place
parmi les personnages célèbres, dont les statues ornent
îa salle de l'Institut et la galerie du Palais consulaire.

1
loading ...