Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 123
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0190
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i" )

Flanche cinquante-huitième. — Quatre Bustes antiques
de la Galerie du Muséum.

Le premier est l'ancien Brutus (Lucius Junius). Ce
.buste, exécuté en bronze , offre une ressemblance '
exacte avec les médailles qu'on frappa quelques siècles
après la mort de celui qu'il représente.

On remarque que les yeux sont incrustés, suivant la
méthode que les anciens avaient adoptée pour leurs
ouvrages en bronze. Le buste, quoique antique, ne
paraît pas être du même temps ni de la même ma-
nière que la tête.

Le second bustè représente Adrien , fils adoptif et
successeur de Trajan. Le nom d'Adrien rappelle un
bon prince, ami des arts et bienfaiteur de ses peuples,
mais qui ne fut pas exempt de faiblesses. Sa poitrine
est nue, à l'imitation des statues héroïques. Ce bronze,
bien modelé , mais réparé avec plus de négligence que
ne le sont ordinairement les bronzes antiques , vient
de la Bibliothèque de Saint-Marc, à Venise. C'est en-',,
core un des fruits de nos conquêtes en Italie.

Le troisième buste offre les traits de P. C. Scipion ,
l'ancien. Il est en bi onze comme les précédens. Le blanc
des jeux est incrusté en argent. On ne peut douter
que ce ne soit le portrait du vainqueujj d'Annibal,
d'après sa parfaite ressemblance avec un buste antique,
conservé au Musée du Capitole, sur lequel on lit le
nom de ce grand homme. La seule différence qui se
trouve entre ces deux têtes, c'est que celle du Muséum
n'offre pas la cicatrice en croix que Winckeîmann avait
loading ...