Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 231
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0202
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( )

Planche soixante-deuxième. — Méléagre ■ Tableau de
M. Ménageot, ancien Directeur de. l'Académie de
France, à Rome.

(Enée , roi de Calydon, avait ordonné des sacrifices
aux dieux, pour leur rendre grâce de la fertilité des
campagnes. Diane seule n'avait pas eu part à ses offran-
des ; la déesse irritée envoya un sanglier furieux qui
ravagea les moissons. Méléagre , fils d'CEnée, à la tête
des Etoliens et des Curètes, attaqua le monstre et le
tua de sa propre main. Diane, alors, excita une guerre
cruelle entre les deux peuples, qui se disputèrent la
dépouille de l'animal. Tant que Méléagre commanda
les Etoliens l'avantage fut de leur côté, quoiqu'ils fus-
sent inférieurs en nombre à leurs ennemis; mais bien-
tôt Méléagre les abandonna, parce qu'Ai tirée, sa mère,
au désespoir de ce qu'il avait tué ses frères dans le
combat, l'avait dévoué aux furies. Les Curètes, alors,
reprirent l'avantage, et ils étaient déjà maîtres d'une
partie de la ville lorsque le roi et Althée , à la tête des
principaux habitans, supplièrent Je prince de reprendre
les armes. Il résistait à leurs instances. Alors son épouse,
Cléopâtre, se jeta à ses pieds et obtint enfin de lui qu'il
se mît à la tête des troupes et repoussât l'ennemi.

L'artiste a saisi l'instant où Méléagre résiste encore
aux larmes de Cléopâtre prosternée à ses genoux.

Ce tableau offre une action imposante, pathétique.
Les figures sont nobles et bien groupées , les draperies
d'un bon goût; l'exécution répond aux autres beautés
loading ...