Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 235
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0208
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 255 )

Planche soixante - quatrième. — Les trois Parques,
Clotho, Lachésis et Atropos; Tableau du Musée, par
Michel-Ange Buonarotti. Demi-figures un peu au-
dessous de grandeur naturelle.

L'artiste a représenté les trois sœurs qui présidaient,
selon les anciens, à la vie et à la mort. Filles de la Néces-
sité et du Destin, elles étaient prises quelquefois pour
cette Nécessité même, à laquelle tout était soumis. ,
La grandeur du dessin, l'énergie de l'expression, une
fierté même un peu sauvage , font toujours reconnaître
Michel-Ange. Si l'on exige en peinture la réunion des
parties secondaires , telles que le coloris et le clair-
obscur , on pourra préférer à Michel-Ange beaucoup
d'artiste d'un génie bien inférieur au sien ; mais, si l'on
pense que le sublime mérite notre premier hommage ,
et que rien ne peut le remplacer , on doit accorder à
Michel-Ange le premier rang : il fut à-la-fois peintre,
sculpteur , architecte ; et si quelques autrès peintres ont
eu comme lui l'avantage de tailler le marbre et d'éle-
ver des monumens, à quelle distance ne sont-ils pas de
l'homme unique qui créait à-la-fois , dans les trois
arts, le Jugement dernier, le Moyse, et la coupole de
Saint-Pierre.

Né à cette époque heureuse où l'art renaissant
n'était pas encore arrêté dans sa marche par de faux
systèmes, et suivait, quoiqu'avec timidité, la route de
la nature, Michel-Ange lui imprima un caractère de
grandeur jusqu'alors inconnu. Raphaël, lui-même, se
perfectionna par la vue des ouvrages de son émule. Les
loading ...