Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 241
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0217
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 2'4l )

Planche soixante-septième.— Une jeune Fille donnant
à manger à des poulets ; par Madame Chaude t : Figure
de grandeur naturelle.

Ce tableau, exposé au Salon de l'an 11 , offre une de
ces scènes naïves qui plaisent dans la nature , et qu'on
aime à-voir retracées par un pinceau aimable. L'effet
en est agréable , le dessin coulant, et les détails sont
rendus avec finesse. Il appartient à Madame Bonaparte.

Notice sur Michel-Ange.

Michel-Ange naquit en i474> au château de Cliuisi,
près Arezzo, en Toscane, neuf ans avant Raphaël, et
vécut près de quatre-vingt-dix ans. Son père, Louis
Buonarotli, était d'une ancienne noblesse ; mais il avait
perdu une partie du bien de ses ancêtres. Michel-Ange
fut mis en nourrice à trois milles de Florence, dans un
village nommé Settiguano. Les habitans, pour1 la plu-
part , s'}' occupaient à tailler la pierre, le mari même
de.sa nourrice exerçait la sculpture; ce qui lui fit dire
dans la suite, qu'il avait sucé avec le lait le goût de
cet art.

Son père voulait le détourner de la carrière des arts,
crui ne jouissaient pas encore de la considération qu'ils
eurent par la suite; mais l'inclination bien prononcée de
Michel-Ange l'emporta , comme il arrive toujours , sur
les vues de sa famille. A l'âge de seize ans il fit des
statues qui annoncèrent un talent si décidé, que ses
parens ne s'opposèrent plus à son penchant. Ses succès,
dans un âge si tendre, lui donnèrent un protecteur
illustre, Laurent de Médicis, dont le nom est célèbre
loading ...