Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 242
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0218
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
, ' ( )

dans l'Histoire de Florence. Michel-Ange ne tarda pas
alors à répandre sa réputation dans toute l'Italie. Il fut '
mandé pour divers ouvrages à Venise et h Bologne. Son
début à Rome fut un groupe en marbre de la Vierge
tenant le corps du Christ mort sur ses genoux. Cette
Notre-Dame-de-Pitié, qui se voit dans l'église de
Saint-Pierre, affermit la réputation du jeune artiste
Il n'avait alors que vingt-sept ans.

Le pape Jules II voulut que Michel-Ange travaillât
à son tombeau. Il en fit le dessin à vingt-neuf ans. C'eût
été le plus considérable monument de sculpture mo-
derne ; mais diverses circonstances firent abandonner
ce projet. Michel-Ange ne put terminer qu'une figure
de Moyse, qui se voit actuellement àRôme, à Saint-
Pierre in Vincoli; et les deux esclaves , qui passèrent eu
France dans la suite, d'abord au jardin de Richelieu,
et de-là au Muséum.

Familier avec toutes les parties de l'art, il jeta eu
bronze la statue du même pape, haute de 5 brasses. Il
mit seize mois à conduire cet ouvrage à sa perfection.
Cette statue fut depuis détruite dans des temps de trou-
ble; on la vendit au duc de Ferrare , qui conserva
seulement la tête, et du reste fit fondre une pièce d'ar-
tillerie appelée la Julienne.

Les ordres pressans dupape engagèrent Michel-Ange
à prendre le pinceau , quoiqu'il eût conçu pour la
sculpture une prédilection justifiée par ses succès: Il
exécuta en vingt.mois le magnifique plafond dë la Cha-
pelle Sixtine. Les tableaux de la voûte représentent
divers sujets tirés de l'Ancien-Testament. Des figures
de prophètes et de sibylles accompagnent cette voûte,
qui serait l'ouvrage le plus imposant de la peinture,
si depuis, Michel-Ange n'eût peint, dans la même
chapelle \ son fameux tableau du Jugement dernier,
loading ...