Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 13
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0027
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i3 )

Planche troisième. — Valentine de Milan, pleurant son
époux assassiné par Jean, Duc de Bourgogne ; Tableau
.. ce Richard, Elève de Davidr

Cet assassinat fut l'origine des querelles sanglantes
qui divisèrent si long-temps les familles d'Orléans et
de Bourgogne, dont les partisans, connus sous les noms
de Bourguignons et d'Armagnacs , livrèrent la France
aux liorreurs des guerres civiles.

Le 25 novembre t 4°7 Jean-sans-Peur, qui avait succédé
en 1404 àson père Philippe-Ie-Hardi, duc de Bourgogne,
fit assassiner à Paris, entre sept et huit heures du soir,
Louis , duc d'Orléans. Ce prince s'était attiré sa haine
en s'opposant aux troubles qu'il voulait fomenter dans
le royaume. Ce crime, dans la suite, fut vengé par un
autre. Le dauphin, Charles VII, eut une entrevue avec
le duc Jean, sur le pont de Montereau-faut-Yonne , et
Tannegui du Châtel assassina le duc sous les jeux du
prince.

Valentine, fille de Jean Galéas, duc de Milan, et veuve
du duc d'Orléans, ne put jamais se consoler du meurtre
de son époux ; elle mourut de la douleur de cette perte
et du chagrin de ne pouvoir la venger.

L'artiste l'a placée dans une chambre éclairée par
une seule fenêtre garnie de vitraux de diverses couleurs.
Elle est plongée dans un abattement profond près
d'elle un chien, symbole ordinaire de la fidélité, la
regarde, et semble prendre part à sa douleur. Sur la
4- a'
loading ...