Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 15
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0030
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ï5)

Planche quatrième. — Quatre Bustes antiques , de la-
Galerie du Muséum,

Le premier nous offre Paris. On le reconnaît à la
douceur et à la beauté de ses traits, à sa chevelure
frisée et partagée en boucles, ainsi qu'à son bonnet
phrygien.

Cette; tête est très-belle; elle rend bien l'idée qu'on
se forme du fameux ravisseur d'Hélène. Elle est en
marbre pentélique, et se voyait à la villa Albani, à
Piome.

La seconde tête est celle d'Ompliale. On la retrouve
souvent dans les monumens de l'antiquité , coëffée ainsi
qu'on la voit ici, de la peau de lion, qui rappelle son
empire sur Hercule.

Cet ouvrage est en marbe pentélique, ainsi que le
précédent ; il vient aussi de la villa Albani.

Le troisième buste est celui de Rome. La Yille guer-
rière et triomphante est désignée par son casque à petit
rebord, sur les deux côtés duquel est représentée la
louve qui alaite Romulus et Piémus.

Une légère draperie couvre son épaule gauche. Le sein
droit est nu à l'imitation des Amazones.

Cette tête d'une rare beauté est une nouvelle preuve
de ce qu'ont avancé des antiquaires instruits , que des
artistes grecs du plus grand mérite se fixèrent à Piome
à différentes époques, ou que Rome produisit des
sculpteurs en état de lutter contre lesGrecs, leurs maîtres
loading ...