Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0075
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 45 )

Planche dix-neuvième. —Sainte-Famille ; Tableau de la
Galerie du Muséum,

La Vierge assise tient devant elle son fils : de petits
Anges, dans une attitude respectueuse, présentent à
l'Enfant-Jésus des fleurs et des fruits. D'autres Anges
sont groupés sur les branchés d'un arbre qu'entouré
un cep de vigne. S. Joseph et Ste Anne, placés derrière
la Vierge, contemplent "avec satisfaction cette scène
gracieuse. Ce tableau est peint sur bois; les figures ont
environ un pied de proportion.

Cette composition est agréable. Les personnages sont
en général d'un bon goût de dessin, et bien drapés. La
figure de Ste Anne sur-tout rappelle le bon s tyle de l'école
romaine. Le fauteuil dans lequel la Vierge est assise
paraît déplacé au milieu d'un riant paysage : la forme
d'ailleurs n'en est pas heureuse, et se rapproche trop
du goût auquel on a donné le nom.de sothiifà'ë ; mais
nous avons déjà eu occasion de remarquer que les
peintres italiens ont souvent négligé les convenances,
lorsqu'ils ont traité des sujets de l'espèce de celui-ci.

Quelque soin qu'on mette à examiner ce tableau, il est
difficile d'en désigner l'auteur sans craindre de se trom-
per. Dans le recueil des gravures exécutées d'après les
tableaux du cabinet du roi, on attribue celui-ci à André
Luigi d'Assise , élève du Pérugin ; mais on observe
en même temps , qu'il est peu probable que ce
peintre en soit l'auteur. En effet, Lm'gi suivait la ma-
nière du Pérugin, et se l'était tellement rendue fami-
lière , que ce maître l'employait fréquemment dans ses
travaux. Il est certain que les beautés et les défauts
4- io
loading ...