Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 45
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0084
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(45)

Planchg vingt-deuxième. — Quatre Bustes antiques, de
la Galerie du Muséum.

Le premier buste représente un jeune homme sans
barbe, et dont les cheveux sont très - courts. On lui
donne le nom de Mercure dans la Description des Statues
antiques du Muséum. Nous n'avons pu conjecturer sur
quels motifs on appuyait cette dénomination, et il ne
nous a pas été possible de découvrir les cicatrices ho-
rizontales des oreilles, ni le bandeau dont parle la no-
tice. Cette tête est en marbre pentélique. Les formes en
sont nobles et pures.

On donne au second buste le nom d'Alcibiade, d'après
sa ressemblance avec les portraits connus de ce célèbre
Athénien. Ce buste, précieux par sa beauté, le devient
encore plus par une circonstance particulière : n'étant
pas entièrement terminé, il offre le moyen de suivre
les procédés des sculpteurs anciens dans l'ébauche de
leurs ouvrages, et d'étudier la manière dont ils met-
taient leurs statues au point. Cette tête, en marbre
pentélique, est posée, ainsi que la précédente, sur une
base quarrée, sans ornement.

On donne aux bustes ainsi posés le nom d'Hermès,
dont nous avons fait en français celui de Termes. Les
anciens rapportent que des bergers ayant rencontré
Mercure ou Hermès endormi sur une montagne, lui
coupèrent les pieds et les mains , pour le punir de ce
qu'il n'avait pas exaucé leurs prières. Ce trait, rapporté
par Servius, donna occasion de placer des statues de
Mercure sans pieds et sans mains aux portes des
temples et des maisons, et jusque dans les carrefours.
loading ...