Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 60
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0097
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( Go )

admettait-il une destinée inévitable. Ayant fait une
chiite à l'âge de quatre-vingt-dix-huit ans, il se laissa
mourir pour se soustraire aux douleurs qu'il éprouvait.
Les Athéniens lui rendirent de grands honneurs, et lui
firent élever un tombeau dans le Céramique.

Selon la notice de la Galerie des Antiques cette
statue représente plutôt Cléanthe ou Epictète que
Zénon. En lui donnant le nom de ce dernier philoso-
phe , on s'est conformé à la tradition reçue depuis long-
temps. Cette figure est d'une grande beauté. Les nus
en sont savamment exécutés; la draperie est large et
bien jetée. L'artiste, ayant à représenter l'étoffe gros-
sière du manteau d'un philosophe, s'est écarté du sys-
tème adopté par les anciens à l'égard des draperies,
sans tomber dans cette pesanteur qu'on blâme chez
quelques sculpteurs modernes.

On découvrit cette antique en 170J , prèsLanuvium
( aujourd'hui Civila-Lavinia), et on-la plaça au Musée
du Capitole, par ordre de Benoît XIV. Le bras droit et
les pieds sont des restaurations modernes.
loading ...