Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 67
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0108
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 67- )

Planche trentième. — La Mort d'Olympias ; par
Taillasson.

Olïmpias, sœur d'Alexandre, roi d'Epire, épousa
Philippe, roi de Macédoine, et fut mère d'Alexandre
le Grand. Après la mort de son fils, elle forma le des-
sein de s'emparer d'une partie de ses états, et fit périr
dans les supplices Philippe Aridée et Eflridice son
épouse, ainsi que Nicanor, frère de Cassandre, et cent
des principaux. Macédoniens attachés au parti de ce
prince. Bientôt un soulèvement général obligea Olym-
pias à se retirer dans la forteresse depydna, avec Roxane,
épouse d'Alexandre, le jeune Alexandre, et Thessalo-
iiice, sœur du héros macédonien. Assiégée par Cas-
sandre, Olympias soutint avec un courage extraordi-
naire les horreurs de la famine ; mais enfin , ayant perdu
tout espoir de secours, elle fut obligée de se rendre.
Cassandre engagea les parens des officiers, dont la reine
avait ordonné la mort à l'accuser devant l'assemblée
des Macédoniens. La demande qu'elle fit de se dé-
fendre elle-même lui fut refusée, et, en son absence,
elle fut condamnée à perdre la vie. Cassandre, qui crai-
gnait que le souvenir de Philippe et d'Alexandre ne
portât les Macédoniens à révoquer leur jugement, en-
voya aussitôt cinquante soldats pour l'exécuter; mais
ils ne purent soutenir l'aspect noble et imposant d'Olym-
pias , et Cassandre fut forcé d'avoir recours à ceux
dont les parens avaient été sacrifiés à l'ambition de
cette princesse. Ceux-ci s'empressèrent de satisfaire à-
la-fois leur vengeance particulière et celle de leur
maître.
loading ...