Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 71
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0114
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 7i )

Planche trente-deuxième.—La Mort de laVierse: Tableau
de la Galerie du Muséum : par Michel - Ange de
Caravage.

Après avoir assisté au crucifiement de son fils, la
Vierge resta à Jérusalem avec les apôtres. Elle était
présente à leur assemblée lorsqu'ils reçurent le Saint-
Esprit.

Depuis cette époque l'Evangile ne fait plus mention
de la mère de J. C. La tradition la plus accréditée est
que S. Jean, à qui Jésus l'avait recommandée avant de
mourir, se chargea de pourvoir à sa subsistance. Le lieu
de sa mort n'est pas exactement connu. Les uns citent
la ville d'Ephèse, d'autres celle de Jérusalem, où, dit-
on, son tombeau, creusé dans un roc, à Gethsemani,
se voyait anciennement. On croit qu'elle parvint à un
âge très-avancé.

Le tableau de la Mort de la Vierge est un de ceux qui
font le plus d'honneur au Caravage. Dans aucune de
ses compositions il n'a porté plus loin la fermeté du
pinceau et la force du coloris. On y retrouve à la vérité
les principaux défauts de ce maître; un fond trop noir,
des figures prises sans choix dans une nature commune,
et un oubli total de la dégradation des plans et des lu-
mières ; mais la plus sévère critique qui en ait été faite
a toujours porté sur la figure de la Vierge, qui manque
de noblesse. Lorsque le Caravage eut terminé cet ou-
vrage pour l'église de Santa-Maria délia Scala, à Rome,
les peintres ses contemporains, dont son humeur sombre
et caustique lui avait attiré la haine, parvinrent à faire
ôter ce tableau de l'autel où il l'avait placé. Ils préten-
loading ...