Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 93
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0145
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(93)

Planche quarante-troisième.— Suite de V article sur la
Fontaine des Innoc_ens,

Les artistes et les gens de goût ont jugé cette pro-
duction l'honneur de notre école. Ce n'est pas la gran-
deur du monument qui en fait la valeur , puisqu'il est
fort petit comme plusieurs édifices des Grecs ; ce n'est
pas non plus la richesse de la matière, puisqu'il est en
pierre et non en marbre ; c'est donc seulement la per-
fection du travail et l'accord du tout ensemble.

Nul doute que si ce monument venait de s'achever
on s'empresserait de lui trouver des défauts, et on lais-
serait à la postérité le soin d'admirer ses beautés. On
reprocherait au soubassement d'être trop élevé, aux
figures d'être trop serrées dans leur champ entre les
pilastres , à l'attique d'être trop considérable, aux pro-
fils d'être nus et dépouillés d'ornemens, etc. ; mais
ces critiques trop sévères ne prendraient point en con-
sidération la position de cette fontaine à l'angle d'une
rue étroite qui a motivé ses proportions; la nécessité de
préserver cette sculpture délicate des dégradations de
l'ignorance barbare: ces déprédateurs injustes, prompts
à blâmer , ne loueraient qu'à regret. Et quelle produc-
tion pourrait échapper à un jugement ainsi dirigé !
C'est donc à la postérité qu'il convient de prononcer
sur les chefs-d'œuvre ; elle a sanctionné depuis long-
tems le rang que celui-ci doit tenir parmi les plus beaux
ouvrages de l'art. Il a été restauré il y après d'un siècle,
en 1708; et changé entièrement de forme, quant à la
masse , il y a peu d'années , pour occuper le centre du
marché des Imiocens, établi sur le terrain du cimetière
«Je ce nom. Nous parlerons du transport de la totalité
4. 22
loading ...