Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 114
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0175
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C "4 )

mauvais temps le contraignit de demander l'hospitalité
aux Pisani. Il en reçut un accueil distingué jet pour
leur en témoigner sa reconnaissance , il peignit secrè-
tement un tableau de la famille de Darius aux pieds
d'Alexandre, dont il leur fit présent au moment de son
départ. Cet ouvrage,composé de 20 figures de grandeur
naturelle, ne prouve pas inoins la prodigieuse facilité
de Paul Véronèse que la noblesse de ses procédés.

Le nombre de ses tableaux est considérable; presque
tous sont d'une grande dimension et cependant très-
spigneusement terminés. La France possède maintenant
ses plusbeauxouvrages,dontle plus capitalest le tableau
des Noces de Cana, placé autrefois à Venise, dans l'é-
glise de Saint-Georges majeur. Cette composition où
l'on compte plus de 120 figures entières et plus de i5o
têtes, est de l'aspect le plus imposant. Quelques con-
naisseurs n'ont pas hésité à le regarder comme le chef-
d'œuvre de la peinture. Ils ont peut-être été entraînés
par une admiration excessive; mais il est certain qu'au-
cun tableau ne pourrait soutenir la concurrence avec
celui-ci, si toutes les parties'répondaient à la vigueur
-de l'exécution, à la vérité du coloris , à la magie de
l'effet général.
loading ...