Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 117
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0180
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( "7 )

Planche cinquante - cinquième. — Vénus et VAmour :
Tableau de la galerie du Muséum ; par Lambert
Zustris.

Les tableaux de ce maître sont rares j et lui-même est
peu connu. Né en Flandres , il reçut d'abord des leçons
de Christophe "Schwarts , peintre de l'électeur de Ba-
vière ; il passa ensuite dans l'école du Titien , et ce maî-
tre paraît avoir eu une grande estime pour le talent de
son élève, puisqu'il l'employa souvent à peindre les
fonds de paysages de ses tableaux. Le Tintoret, émule
du Titien , employa aussi Zustris pour l'aider dans ses
ouvrages. Cet artiste se rendit recommandable par la
facilité de son pinceau ,1a simplicité de ses compositions
et son talent à peindre l'histoire et le paj'sage.

Le tableau dont on donne ici la gravure , justifie , en
partie , les éloges qui furent donnés à Zustris par ses
contemporains. Il est placé parmi les principales pro-
ductions des maîtres flamands ; et cependant il n'est
personne qui, au premier aspect, ne soit tenté de l'at-
tribuer à quelque peintre de l'école vénitienne.En effet,
caractère de dessin, ornemens, simplicité de coloris
et d'effet, tout y rappelle le style des maîtres de ce
pays, et forme une opposition complète avec le goût fla-
mand. Cet ouvrage plaît par un ton harmonieux et argen-
tin qui se rapproche particulièrement de Paul Véronèse.
La manière avec laquelle les accessoires sont traités est
large et franche. Sans doute un examen sévère y pour-
rait faire remarquer plusieurs défauts. La figure de
Vénus paraît d'une proportion maigre et gigantesque
et l'air sérieux,on pourrait presque dire, l'air triste, ré-
loading ...