Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 121
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0186
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C ai )

Planche cinquante-septième. — 3Ioy.se foulant aux pieds
la couronne de Pharaon. Tableau du. Poussin.

C'est dans Josephe, historien hébreu , que l'artiste
a puisé le sujet de ce tableau. Cet auteur s zélé pour la
gloire de sa nation, a cru devoir introduire dans Ja vie
du législateur des juifs, des circonstances que la tradi-
tion pouvait lui avoir transmises, mais qui ne se trou-
vent point dans la Bible. Il rapporte que T lier mil lis,
fille de Pharaon, roi d'Egypte, après avoir sauvé des
eaux le jeune Moyse , et lui avoir donné pour nourrice
sa propre mère , Jocabed , s'attacha de plus en plus à
cet enfant. Un jour elle le présenta au roi, en lui disant
qu'elle l'avait adopté , et qu'elle voyait déjà en lui le
successeur des Pharaons. Le monarque accueillit celle
idée , et plaça sur la tête de Moyse son bandeau royalj
mais celui-ci, alors âgé de trois ans , l'en arracha et le
foula aux pieds. Les courtisans ,témoins de celle aclion ,
la regardèrent comme un funeste présage. Un prêtre
ayant déclaré que cet enfant causerait les malheurs de
l'Egypte,saisit cet instant pourdemander sa mort. Tlier-
mutis effrayée s'enfuit avec son jeune protégé, et le
roi ne s'opposa point à ce qu'elle lui sauvât la vie.

Le Poussin a traité trois fois ce sujet avec des chan-
gemensqui, sans altérer la première idée, sont néan-
moins assez considérables pour mériter à chacun de ces
tableaux le titre de production originale. L'un a passé
successivement dans divers cabinets particuliers,et l'on
ignore ce qu'il est devenu. Le second apparlenail au
roi, et fait partie de la collection du Muséum. Celui
dont on donne ici le liait était placé dans la galerie
d'Orléans. Il est maintenant en Angleterre.

4. 29
loading ...